En 2006, le président du Comité National Républicain aux États- Unis avait affirmé à la télévision qu’Hillary Clinton était “trop en colère pour être élue présidente”. Maureen Dowd avait commenté dans le New York Times : « il donne à Hillary Clinton le rôle de la femme en colère. Cette ruse revient à la menotter. Si elle n’attaque pas fortement le Président Bush, elle est timorée, une vraie fillette. Si elle le fait, elle devient une sorcière et une mégère ». Bien que les politicien(ne)s aient toujours tenté de dénigrer leurs adversaires, ce cas particulier soulève des questions quant à la capacité d’une femme qui se serait mise en colère à gagner une élection… ou à progresser dans l’entreprise.

Victoria L. Brescoll, Professeur associé à Yale University, et Eric Luis Uhlmann, Professeur associé à l’INSEAD, montrent que pour diverses raisons – et notamment des stéréotypes bien ancrés -, il existe une vraie différence entre les hommes et les femmes vis-à-vis de la colère : ces dernières ne profitent pas du même effet positif quand elles perdent leur sang-froid. Plusieurs études établissent en effet que les hommes qui expriment de la colère dans le cadre du travail peuvent en bénéficier, leur entourage leur accordant alors plus d’importance, de pouvoir et d’indépendance.

Pour diverses raisons – et notamment des stéréotypes bien ancrés -, il existe une vraie différence entre les hommes et les femmes vis-à-vis de la colère : ces dernières ne profitent pas du même effet positif quand elles perdent leur sang-froid

“On perçoit la colère d’un homme comme une réponse à des circonstances objectives, extérieures, mais celle d’une femme comme le fruit de sa personnalité. Résultat : dans le cadre du travail, la colère d’une femme peut laisser entendre qu’elle n’est pas compétente pour gérer des situations professionnelles” concluent Victoria L. Brescoll et Eric Luis Uhlmann, qui ont étudié les réactions de près de 400 adultes américains, dont 60 % de femmes.

in : Victoria L. Brescoll, Eric Luis Uhlmann, « Can an Angry Woman Get Ahead ? Status Conferral, Gender, and Expression of Emotion in the Workplace, Psychological Science, Vol.19, No. 3, Mars 2008, pp 268-275

SCIENCEO a co-conçu et co-produit le Forum RH sur « La part des émotions » qui s’est tenu le mercredi 10 octobre 2018 et a rassemblé un nombre record de 376 participants. Plus d’informations sur https://www.forumrh.fr/

Contactez-nous pour découvrir notre groupe de travail sur « L’égalité professionnelle ».

Similar Posts

Leave a reply

required*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.